Calcul des RTT : à combien de jours de RTT avez-vous droit ?



Les RTT, réduction du temps de travail, ont fait leur apparition avec le passage du temps de travail hebdomadaire légal à 35 heures. Certaines entreprises ont décidé de modifier leurs heures d’ouverture afin d’étaler ces 35 heures de façon égale sur les jours de la semaine, d’autres ont décidé de conserver un rythme de travail de 8 heures par jour et doivent ainsi accorder à leurs salariés un repos compensateur. Mais comment procéder au calcul des RTT ? Et peuvent-elles être perdues ?

La RTT

La réduction du temps de travail a eu pour but officiel de permettre aux salariés de bénéficier d’une demi-journée par semaine de liberté afin de pouvoir profiter de moments familiaux privilégiés. Dans la pratique, les entreprises qui n’ont pas souhaité passer à 7 heures de travail par jour avaient besoin de ce système afin de réguler le temps de travail de leurs effectifs. Rappelons qu’au-delà de 35 heures, la majoration sur les heures supplémentaires s’applique si le salarié n’a pas droit au repos compensateur.

C’est ce qui se passe dans le cas où l’entreprise refuse à son employé de poser ses RTT.

De même, si le travailleur ne pose pas ses RTT durant l’année civile en cours alors qu’il en avait le droit, ils peuvent être perdus définitivement sans possibilité de dérogation.

L’attribution des RTT

Le calcul des RTT peut prendre deux formes (menant chacune au même résultat de temps de travail dans l’entreprise). La première consiste à comptabiliser de façon hebdomadaire les heures effectuées afin de déterminer si un repos compensateur est nécessaire, ou si une majoration de la rémunération doit être appliquée. La deuxième, plus simple et plus généralisée, tient à déterminer un certain nombre de jours de RTT par an que le salarié peut poser de la même façon que ses congés payés, selon le temps de travail annualisé.

En cas d’absence

Si le salarié est absent de son poste, pour maladie par exemple, il cesse de cumuler des RTT.