La médecine du travail

Aujourd’hui nous allons revenir un thème qui touche aussi bien les salariés que les employeurs : la médecine du travail. A quoi sert-elle ? Qui la finance ? Quels sont les enjeux qui se cachent derrière ce fonctionnement

Quel est le rôle de la médecine du travail ?

Le premier objectif de la médecine du travail est de conserver les salariés en bon état de santé. Les employeurs doivent en effet faire en sorte que l’état de santé de leurs employés ne se dégrade pas en raison du travail qu’ils effectuent. Les visites à la médecine du travail interviennent donc à différents moments de la vie professionnelle. La première visite est connue comme la visite d’embauche. Elle a lieu avant ou après la signature du contrat de travail et permet de s’assurer de l’état de santé du salarié, en d’autres termes, on vérifie qu’il est bien en mesure d’exercer son poste. 

En dehors des travaux à caractères dangereux ou à forte pénibilité qui nécessitent un examen précis, la première visite d’embauche reste bien souvent un examen sommaire. Il en est de même des visites de routines qui ont lieux tous les deux ans pour contrôler l’état de santé du travailleur et évaluer le risque de transmission de maladies contagieuse.

Enfin, sachez que ces visites sont obligatoires. Ne pas y assister constitue une faute grave et peut provoquer un licenciement

Le médecin du travail

Le médecin du travail a un rôle préventif, consultatif, et est lui aussi soumis au secret médical. Contrairement à votre médecin traitant, il ne peut pas délivrer d’arrêts de travail ou de médicaments.

Le médecin du travail a également un rôle de conseiller de l’entreprise. Dans les entreprises de plus 50 personnes, il prend place dans le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Sa fonction est ainsi d’améliorer les conditions de travail des salariés, et de donner des pistes de solutions à l’employeur. Par ailleurs, s’il perçoit un quelconque problème ou risque en écoutant les salariés, il peut effectuer une visite dans les locaux de l’entreprise.

Il est également lié par un contrat de travail à l’entreprise dans lequel vous exercez ou à un établissement intermédiaire. 

La prise en charge de la médecine du travail 

Organiser le suivi médical des salariés est une obligation. Si l’entreprise compte plus de 2 200 salariés, l’employeur doit même assurer un service de santé autonome. Pour les entreprises plus petites, la médecine du travail est organisée et financée par les Services Interentreprises. Cette prise est charge est surveillée par le Ministère du Travail et non le Ministère de la Santé. En cas de conflit, c’est l’inspection du travail qui interviendra.

Vers une nouvelle médecine du travail

Face à l’évolution des conditions de travail, la médecine du travail évolue. La périodicité des visites a été modifiée puisqu’elle est de deux ans pour l’ensemble des salariés et d’un an pour ceux qui effectuant des tâches à risque. La médecine du travail s’oriente aujourd’hui vers une plus grande implication du médecin au sein même de l’entreprise et tend vers une plus grande polyvalence des personnels de la médecine du travail, puisque psychologues, infirmières, toxicologues et autres experts viendront compléter les services du médecin afin de permettre une plus grande compréhension des risques professionnels.

Enfin, la médecine du travail entend tenir une place importante dans la lute contre la désinsertion professionnelle, en visant notamment à prévenir la pénibilité du travail et réduire les cas de suicides.